Archives de Catégorie: Entrevues

Francine Minville : Un projet de film sur la vie du peintre et poète William Blake

Thierry ROLLET : Bonjour, Francine. Pourriez-vous nous parler de la genèse de vos deux recueils de poésie ?

Francine MINVILLE : Avec plaisir Thierry.  Je dois mentionner que l’écriture n’était pas innée chez moi.  Je préférais de loin les sciences et les mathématiques.  Tout ce qui avait un rapport avec l’écriture, la rédaction, l’orthographe ne m’attirait guère.  J’ai commencé à écrire il y a de cela quelques années seulement.  J’écrivais pour exprimer ma colère face à toute l’injustice dans le monde.  Loin de moi l’idée d’être publiée, jusqu’au jour où j’ai décidé d’en faire des écrits formels.  Je souhaitais voir mes textes mis en musique et donc, j’ai acheminé mes écrits à plusieurs maisons de disques, mais sans succès.  J’ai alors fait appel aux maisons d’édition, mais pendant plus d’un an, je n’obtins aucun résultat et finalement, je suis tombée sur les éditions Dédicaces qui ont accepté de publier mon premier recueil de poésie qui s’intitule « C’est ça la vie ! ».  Quelques mois plus tard, j’ai écrit un second recueil « Le mal dans sa divinité » qui est également publié aux éditions Dédicaces.

Thierry ROLLET : Parlez-nous de votre parcours d’auteure.  Avez-vous déjà publié d’autres ouvrages, d’autres genres de textes, en livre ou en revues ?

Francine MINVILLE : J’ai publié quelques-uns de mes textes dans deux anthologies, soit l’anthologie des « Dossiers d’Aquitaine » et celle de « Flammes vives » en France.  J’ai également publié d’autres textes dans le magazine « Gardiolarem », toujours en France.  Avant de me lancer dans la poésie, j’ai écrit un ouvrage qui s’intitule « Changer de côté, vous vous êtes trompés ».  Celui-ci relatait des faits et des vérités concernant les abus de pouvoir menés par les gens les plus influents de la planète.  Disons que je ne passais pas par quatre chemins pour écrire les choses telles qu’elles sont, donc vous comprendrez qu’aucune maison d’édition n’a accepté de le publier à l’époque.

LIRE LA SUITE DE L’ENTREVUE ICI >>>>